Désobéissance civile pour le climat : «La violence matérielle est à la fois légitime et plus efficace»

Ces derniers temps, le mouvement climat donne de la voix par sa gauche. Occupation des locaux parisiens de BlackRock doublée de tags en séries, ouverture d’un squat écolo, «sabotage» de trottinettes électriques en libre-service à Paris mené par Extinction Rebellion au pic de la grève de la RATP… Le message anticapitaliste est porté haut par les militants écologistes et les modes d’action se durcissent, rompant parfois avec l’image apartisane et bon enfant des débuts du mouvement.

Un an après l’assemblée de jeunes qui s’était tenue à Jussieu le 8 février, et qui avait marqué la première étape française des grèves scolaires pour le climat, Youth for Climate a lancé avec l’occupation du gestionnaire d’actifs BlackRock un nouveau mode de fonctionnement. Finie la symbolique de la grève, place à des initiatives plus politiques qui ciblent les entreprises. En France, les jeunes s’étaient distingués très tôt par leur volonté de pratiquer la désobéissance civile, au point de délaisser les march

Libération réserve cet article à ses abonnés
Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous

8€/
mois

Offre 100% numérique

Vous avez déjà un compte abonné?

Je me connecte

  • Tous nos articles en
    illimité
  • Le journal en version
    numérique
    le jour de sa parution
  • Nos newsletters
    exclusives
  • RaJeux, notre appli de
    jeux


Nelly Didelot




Source link

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *